QUI CROIRE EN MATIÈRE D’INFORMATION SUR LA SANTÉ?

C’est décidé. Vous voulez devenir plus actif, mieux vous alimenter ou entreprendre d’autres changements pour vous sentir mieux.

Vous vous demandez ce que vous devriez faire, pour bien commencer. 

Vous avez peut-être déjà fait des tentatives pour modifier ce comportement dans le passé.

Vous voulez donc vous assurer d’avoir la bonne information en main pour réussir à le maintenir cette fois-ci.

Vous vous assoyez devant votre ordinateur et tapez quelques mots pour faire une recherche sur le sujet.

Photo par Andrew Neel sur Unsplash

Devant vos yeux apparaissent les réponses que le moteur de recherche a trouvé sur le sujet. Des centaines de milliers de réponses. 

Vous commencez par lire la première page de résultats en vous demandant lequel de ces sites comporte des conseils dont l’efficacité a été validée par la science. 

Vous ne voudriez surtout pas mettre votre santé en péril en suivant des conseils risqués.

Vous cliquez sur un lien, puis un autre et vous demandez quoi penser des contradictions qui se multiplient entre l’information véhiculée sur les différents sites. 

Qui dit vrai? Ce n’est vraiment pas évident de le savoir.

Après quelques minutes, vous abandonnez et mettez de côté vos bonnes intentions. C’est trop compliqué et puis vous n’êtes pas si mal en point, après tout!

Ce scénario, je l’ai souvent vécu dans le passé et je suis convaincue que vous êtes aussi déjà passé par là, il y a plus ou moins longtemps, vous aussi.

Trop d’information et d’incertitude, ça mène qu’à de la confusion et au découragement. 

Quand on ressent de telles émotions négatives, on préfère passer à autre chose pour cesser de les ressentir. C’est bien normal. 

On finit donc par remettre à plus tard l’adoption de nouveaux comportements qui nous seraient bénéfiques.

Comment résoudre ce problème? En simplifiant le plus possible!

Il existe une solution toute simple… Choisir avec soin nos sources d’information et en limiter le nombre. 

D’après moi, quand on veut prendre sa santé en main, on sauve du temps et de l’énergie en se concentrant sur la source d’information la plus fiable : les agences gouvernementales.

Les agences et organisations de santé publique gouvernementales ont pour mission de veiller au bien-être de la population. 

Elles suivent en continu les développements scientifiques à travers le monde et diffusent seulement les conclusions dont se dégagent un fort consensus. 

Celles-ci ont des équipes qui choisissent leurs sources d’information avec soin, notamment en s’assurant de ne retenir que celles qui respectent les meilleures normes méthodologiques et qui ne présentent pas de conflit d’intérêts.

Contrairement à l’industrie, dont le but est de faire des profits, ces agences ont pour but de favoriser le bien-être de la population.

Ce n’est pas une solution parfaite, mais c’est ce qui s’y rapproche le plus! 

Mon code d’éthique de coach de santé et de mieux-être certifiée m’oblige d’ailleurs à m’appuyer principalement sur les recommandations gouvernementales dans mes interactions avec mes clients. 

J’ai complété ma certification à l’école Wellcoaches, reconnue par le National Board for Health and Wellness Coaching et la American Lifestyle Medicine Association.

À mes débuts je trouvais cette limite contraignante, mais avec le temps, j’ai pris conscience du fait que très peu d’entre nous suivons les recommandations pour la santé émises par le gouvernement, aussi simples soient-elles.

Qui d’entre nous, respecte l’ensemble des consignes de santé publique suivantes, pourtant très générales?

  • Est-ce que vos repas contiennent une abondance (50 % ou plus) de légumes et de fruits? (Source)
  • L’eau est-elle votre principale source d’hydration? (Source)
  • Faites-vous au moins 2,5 heures d’activité physique d’intensité modérée à élevée par semaine? (Source)
  • Vous couchez-vous à une heure raisonnable pour dormir suffisamment? (Source)
  • Diminuez-vous efficacement votre niveau de stress? (Source)

Pour ma part, en général, j’ai de bonnes habitudes de santé, mais je ne suis pas parfaite… Je suis humaine, comme vous!

J’ai toujours eu de la difficulté à me coucher tôt et c’est encore le cas aujourd’hui (Allo Netflix!). Je ne gère pas toujours mon niveau stress avec efficacité (Allo popcorn!).

Un p’tit tour de vélo, ça fait toujours du bien!

J’y travaille encore et encore. J’expérimente pour identifier les façons d’y arriver qui me conviendront vraiment. Et je ne lâche pas.

Rien ne sert de se compliquer la vie en recherchant de l’information très pointue.

On doit d’abord adopter les recommandations minimales. Sinon, c’est comme de vouloir apprendre à sprinter avant de savoir marcher. Complètement superflu!

En attendant de devenir des athlètes d’élite dont l’entraînement justifie des conseils spécialisés en matière de santé, je vous encourage donc à vous en tenir aux conseils et recommandations des sites gouvernementaux du Québec et du Canada, comme ceux ci-dessus.

En cette période de pandémie, « prenons notre gaz égal » pour rester en santé ou le devenir…

Passons plus de temps à expérimenter pour trouver comment adopter et maintenir les comportements bons pour notre santé, plutôt qu’à lire à n’en plus finir sur le sujet. Pour notre plus grand bien, passons à l’action!

À votre santé!

MANGER SANTÉ, VERSION SIMPLIFIÉE

Trouvez-vous que vous avez trop souvent recours à des aliments transformés remplis de sucre, de gras ou de sel, par manque de temps et d’énergie? 

La plupart d’entre nous avons le souci de bien manger. Par contre, le manque de temps, la surcharge de responsabilités et la fatigue jouent contre nous, malgré toutes nos bonnes intentions. Ce n’est pas pour rien que les Nord-Américains n’ont jamais autant mangé au restaurant, et même en pleine pandémie.

Pour vous donner un coup de pouce pour mieux vous alimenter sans trop d’effort, je vous présente aujourd’hui mes 3 trucs préférés.

A. Camoufler les aliments d’origine végétale pour en manger plus

Chaque fin de semaine, du début septembre à la fin mai, mon chéri et moi nous cuisinons un potage de végétaux pour en avoir pendant toute la semaine. En 30 minutes, on a 10 portions d’un cocktail de vitamines, minéraux, fibres et protéines! 

On fait d’abord chauffer de l’eau dans notre plus gros chaudron, puis on coupe en gros morceaux et y ajoute une grande variété de légumes verts (kale, bette à carde, chou vert ou rouge, brocoli, rapini, chou de Bruxelles, etc.), des légumes oranges (patate sucrée ou carottes), ainsi que de la pâte de tomates, un paquet de tofu, une boîte de conserve de légumineuses (haricots noirs, pois chiches ou autres).

Une de mes méga-soupes en cours de préparation.

Pour l’assaisonner, on y ajoute ensuite du miso, de l’ail, du harissa et un mélange d’épices (italiennes, à couscous, indiennes, ou n’importe lequel que vous aimez ou qui stimule votre appétit). On réduit ensuite le tout en purée à l’aide d’un mélangeur à main. Voilà!

Je m’assure toujours de mettre le moins d’eau possible au début pour pouvoir avoir l’espace nécessaire pour y ajouter le maximum d’ingrédients. Il arrive parfois que je doive allonger mon potage le lendemain avec un peu d’eau, car le potage s’épaissit en refroidissant.

Chaque jour, pour le lunch ou le souper, on en mange un gros bol avec un pita de blé entier tartiné de beurre de noix ou de graines.

On peut aussi choisir de commencer ses repas par un bol de soupe comme entrée, pour s’assurer de manger une bonne quantité de légumes à chaque fois. Délicieux, rapide et santé!

B. Privilégier des aliments riches en nutriments

On préfère les pâtes de blé entier ou de riz brun, le riz brun et le pain intégral au levain parce que ces aliments sont moins transformés. Ils contiennent beaucoup plus de nutriments que leurs versions blanches (raffinées) auxquelles on en a retiré une grande proportion. En plus, on ne leur a pas ajouté de sucre, de sodium (sel), de gras, ou d’autres substances (colorants, agents de conservation, etc.) comme c’est le cas pour les aliments industriels.

La plupart des légumes et fruits frais et congelés sont offerts en version biologique.

Les aliments d’origine végétale en version biologique sont aussi réputés contenir une plus grande quantité de vitamines et minéraux que leurs équivalents conventionnels. C’est une façon simple et sans danger de consommer des vitamines et minéraux dans une forme beaucoup mieux assimilée par le corps que sous forme de supplément en pilule! 

En plus, c’est désormais beaucoup plus abordable de manger bio que ça l’a déjà été. Leur popularité a fait baisser les prix, puisque de plus en plus de producteurs en cultivent. Je vous invite à passer chez Tau ou Avril pour voir à quel point les fruits et légumes biologiques sont maintenant abordables.

C. Adopter une routine et se préparer de belles grosses « batchs »

Comme je l’ai mentionné ci-dessus, mettre en place une routine pour cuisiner, aussi minimale soit-elle, m’aide à toujours avoir sous la main un plat santé qui ne demande que quelques minutes au micro-ondes pour être prêt à manger.

Pour simplifier au maximum, on peut choisir de faire son épicerie ou de cuisiner toujours le même jour chaque semaine. Si c’est trop contraignant, je vous encourage à vous fixer un moment, le même chaque semaine, pour déterminer où insérer ces deux tâches dans votre horaire des 7 prochains jours. La clé, vous l’aurez deviné, c’est de mettre toutes les chances de votre côté afin d’accomplir ces tâches en misant sur une routine.

Super « batch » de chili aux haricots noirs et aux protéines végétales texturées.

Peu importe le plat qu’on prépare, on double, triple ou quadruple la recette à chaque fois qu’on cuisine. Que ce soit des pâtes, un cari, un sauté, peu importe le met, en procédant de cette façon on s’assure de pouvoir bien manger même quand on manque de temps. 

L’alimentation santé, simplifiée

Comme vous le constatez sans doute, ce n’est pas le fruit (!) du hasard si le nom de ma compagnie est Santé simplifiée! Dans un monde qui change et se complexifie sans cesse, nous sommes souvent confrontés aux limites de notre capacité d’adaptation en tant qu’êtres humains. 

La plupart des gens veulent améliorer leur état de santé pour pouvoir profiter davantage de la vie. Notre ère de l’information nous porte toutefois à complexifier les choses inutilement. Pourtant, bonifier ses habitudes alimentaires par des changements tout simples peut rapporter d’importants bénéfices à court terme. 

En augmentant sa consommation de végétaux et d’aliments biologiques, et en cuisinant des aliments entiers plutôt que transformés en usine, souvent :

  • la digestion devient plus facile
  • notre niveau d’énergie physique et mental se maintient après les repas
  • notre poids se stabilise
  • le sommeil s’améliore

À plus long terme, on réduit même le risque de développer le diabète, une maladie cardiovasculaire ou d’autres maladies chroniques qui diminueraient notre qualité de vie au quotidien. 

Le changement, ça s’apprivoise

Je n’aime pas cuisiner. Pourtant, au fil de mes apprentissages sur les incroyables bienfaits d’une alimentation santé, j’ai tout de même réussi à modifier mon alimentation.

Je suis passée de flexitarienne à végétarienne, puis au végétalisme, pour finir depuis par une alimentation 100 % végétale, peu transformée et sans huile!**

Si j’ai été capable de changer et de maintenir ces nouvelles habitudes alimentaires depuis 7 ans, vous l’êtes tout autant.

En procédant une étape à la fois, graduellement et à son rythme, on parvient à mettre en place des habitudes qu’on est capable de maintenir à long terme.

Sur ce, je vous souhaite un « Bon appétit! » et vous encourage à « Mangez vos légumes! », comme le disait votre mère!

**Note :

Mon travail de coach ne vise pas à vous faire mon cheminer vers le végétalisme, à moins que ce ne soit ce que vous souhaitez. J’épaule mes clients en quête d’une vie plus saine en m’appuyant exclusivement sur leurs volontés et préférences, et dans le cadre des recommandations établies par la santé publique.

Résolutions du nouvel an : pour finir en grand, commençons petit

Chaque mois de janvier, on entend parler de résolutions du Nouvel An qui tournent autour de la santé et des habitudes de vie. Comme moi, vous avez peut-être même l’habitude d’en prendre vous-même.

La plupart d’entre nous rêvent d’une version idéalisée de nous-mêmes. Dans ce monde imaginaire, nous faisons preuve d’une volonté inébranlable qui nous permet d’agir exactement comme on le souhaite à tout moment.

Se fixer des objectifs réalistes

S’imaginer en meilleure santé, plus heureux et accompli peut effectivement nous motiver à passer à l’action pour y arriver. D’un autre côté, viser l’atteinte d’un aussi gros objectif en douze mois peut aussi se révéler accablant. Et pour cause… Rome ne s’est pas construite en un jour, et nous non plus !

Rappelez-vous qu’il vous a pris bien du temps pour devenir la personne que vous êtes aujourd’hui. Changer ses habitudes de vie pour d’autres plus saines, ne se fait pas du jour au lendemain non plus.

Je me souviens de l’époque où je fumais la cigarette à tous les jours. Je songeais régulièrement à cesser de fumer. J’étais toujours à bout de souffle chaque fois et développais bronchite et laryngite chaque hiver.

Je rêvais de devenir une non-fumeuse et espérais qu’un jour viendrait où je me sentirais assez forte pour arrêter définitivement.

Ressentez-vous aussi le besoin d’apporter des changements à vos habitudes à cause des conséquences négatives pour votre santé ?

Attendez-vous, comme moi jadis, un signe qui vous garantit qu’aujourd’hui est la bonne journée pour y parvenir définitivement ?

Pas besoin d’attendre cette journée magique où vous aurez tout à coup une volonté à toute épreuve. Vous pouvez commencer à travailler sur vos objectifs dès aujourd’hui.

Lentement mais sûrement

J’ai finalement abandonné la cigarette le 27 décembre 1999 et je n’y ai jamais retouché.

Mais pouvez-vous deviner combien de fois j’ai diminué ma consommation avant d’y arriver pour de bon ? Un nombre incalculable. À chaque fois j’éprouvais des sentiments d’échec et de honte.

Je l’ignorais à l’époque, pourtant ces tentatives suivies de rechutes m’ont servi de tremplin vers mon arrêt définitif.

En effet, la recherche démontre qu’en réduisant leur consommation de tabac les gens augmentent leurs probabilités de renoncer au tabac pour toujours. (Source)

Près des 2/3 des Américains se sont fixés des résolutions pour 2018. Mais seulement 9 % d’entre eux sont d’avis qu’ils ont réalisé celles qu’ils s’étaient fixées en 2017 ! (Source)

Derrière ce taux de succès très bas ce cache le fait que la plupart d’entre nous, comme je l’ai moi-même fait dans le passé, se fixent des objectifs trop élevés et des délais trop courts. La clé du succès? Procéder à des changements graduels et croissants.

La surprenante efficacité des objectifs modestes

Vous pensez probablement que de petits objectifs graduels ne peuvent vous procurer que de minuscules bénéfices.

Les médias sociaux et de masse nous présentent tellement de transformations spectaculaires et rapides (la chirurgie plastique est plus populaire que jamais) qu’elles semblent désormais représenter la norme.

Pourtant, notre corps et notre esprit, eux, ne se métamorphosent pas à cette vitesse.

Réaliser des changements durables prend du temps, tout comme vous avez mis un certain temps à développer vos habitudes de vie actuelles.

Contrairement à la croyance populaire, des objectifs modestes peuvent donner des résultats significatifs. Voici quelques exemples :

— Si vous dormez en moyenne sept heures par nuit, vous pouvez diviser par trois votre risque de voir apparaître les symptômes d’un rhume en ajoutant une heure de sommeil à vos nuits. (Source)

— Vous pouvez brûler 1000 calories additionnelles par semaine et ainsi diminuer votre tissu adipeux (formé de gras) en incorporant cinq minutes d’exercice d’intensité légère par heure, comme en faisant le tour du bureau ou en sortant à l’extérieur. (Source et source)

— Une diminution de votre résistance à l’insuline, de votre taux de triglycérides, de votre pression artérielle et de votre rythme cardiaque est possible en perdant seulement 5 % de votre masse corporelle. (Source)

Développer sa confiance en soi

Si les objectifs à long terme sont essentiels, les petits objectifs de départ le sont tout autant.

Expérimenter avec des petits objectifs à court terme vous permet de savoir comment vous y réagissez, ce qui fonctionne bien pour vous et d’identifier vos défis personnels.

Vos chances d’atteindre vos objectifs augmentent et lorsque vous y parvenez, vous renforcez votre confiance en vous, ce qui intensifie votre détermination. Vous êtes gagnant sur toute la ligne !

Je vous invite dès aujourd’hui à remplacer vos objectifs un peu trop ambitieux pour d’autres plus simples et sans trop de prétention.

Cette révision à la baisse a beaucoup plus de chances de vous mener à une amélioration de votre bien-être et de votre santé.

Rappelez-vous… p’tit train va loin!

À votre santé!

Danièle Paquette
Coach de santé et de bien-être certifiée
Naturopathe spécialisée en saines habitudes de vie
Bachelière en travail social

Santé simplifiée
La santé, lentement mais sûrement.