QUI CROIRE EN MATIÈRE D’INFORMATION SUR LA SANTÉ?

C’est décidé. Vous voulez devenir plus actif, mieux vous alimenter ou entreprendre d’autres changements pour vous sentir mieux.

Vous vous demandez ce que vous devriez faire, pour bien commencer. 

Vous avez peut-être déjà fait des tentatives pour modifier ce comportement dans le passé.

Vous voulez donc vous assurer d’avoir la bonne information en main pour réussir à le maintenir cette fois-ci.

Vous vous assoyez devant votre ordinateur et tapez quelques mots pour faire une recherche sur le sujet.

Photo par Andrew Neel sur Unsplash

Devant vos yeux apparaissent les réponses que le moteur de recherche a trouvé sur le sujet. Des centaines de milliers de réponses. 

Vous commencez par lire la première page de résultats en vous demandant lequel de ces sites comporte des conseils dont l’efficacité a été validée par la science. 

Vous ne voudriez surtout pas mettre votre santé en péril en suivant des conseils risqués.

Vous cliquez sur un lien, puis un autre et vous demandez quoi penser des contradictions qui se multiplient entre l’information véhiculée sur les différents sites. 

Qui dit vrai? Ce n’est vraiment pas évident de le savoir.

Après quelques minutes, vous abandonnez et mettez de côté vos bonnes intentions. C’est trop compliqué et puis vous n’êtes pas si mal en point, après tout!

Ce scénario, je l’ai souvent vécu dans le passé et je suis convaincue que vous êtes aussi déjà passé par là, il y a plus ou moins longtemps, vous aussi.

Trop d’information et d’incertitude, ça mène qu’à de la confusion et au découragement. 

Quand on ressent de telles émotions négatives, on préfère passer à autre chose pour cesser de les ressentir. C’est bien normal. 

On finit donc par remettre à plus tard l’adoption de nouveaux comportements qui nous seraient bénéfiques.

Comment résoudre ce problème? En simplifiant le plus possible!

Il existe une solution toute simple… Choisir avec soin nos sources d’information et en limiter le nombre. 

D’après moi, quand on veut prendre sa santé en main, on sauve du temps et de l’énergie en se concentrant sur la source d’information la plus fiable : les agences gouvernementales.

Les agences et organisations de santé publique gouvernementales ont pour mission de veiller au bien-être de la population. 

Elles suivent en continu les développements scientifiques à travers le monde et diffusent seulement les conclusions dont se dégagent un fort consensus. 

Celles-ci ont des équipes qui choisissent leurs sources d’information avec soin, notamment en s’assurant de ne retenir que celles qui respectent les meilleures normes méthodologiques et qui ne présentent pas de conflit d’intérêts.

Contrairement à l’industrie, dont le but est de faire des profits, ces agences ont pour but de favoriser le bien-être de la population.

Ce n’est pas une solution parfaite, mais c’est ce qui s’y rapproche le plus! 

Mon code d’éthique de coach de santé et de mieux-être certifiée m’oblige d’ailleurs à m’appuyer principalement sur les recommandations gouvernementales dans mes interactions avec mes clients. 

J’ai complété ma certification à l’école Wellcoaches, reconnue par le National Board for Health and Wellness Coaching et la American Lifestyle Medicine Association.

À mes débuts je trouvais cette limite contraignante, mais avec le temps, j’ai pris conscience du fait que très peu d’entre nous suivons les recommandations pour la santé émises par le gouvernement, aussi simples soient-elles.

Qui d’entre nous, respecte l’ensemble des consignes de santé publique suivantes, pourtant très générales?

  • Est-ce que vos repas contiennent une abondance (50 % ou plus) de légumes et de fruits? (Source)
  • L’eau est-elle votre principale source d’hydration? (Source)
  • Faites-vous au moins 2,5 heures d’activité physique d’intensité modérée à élevée par semaine? (Source)
  • Vous couchez-vous à une heure raisonnable pour dormir suffisamment? (Source)
  • Diminuez-vous efficacement votre niveau de stress? (Source)

Pour ma part, en général, j’ai de bonnes habitudes de santé, mais je ne suis pas parfaite… Je suis humaine, comme vous!

J’ai toujours eu de la difficulté à me coucher tôt et c’est encore le cas aujourd’hui (Allo Netflix!). Je ne gère pas toujours mon niveau stress avec efficacité (Allo popcorn!).

Un p’tit tour de vélo, ça fait toujours du bien!

J’y travaille encore et encore. J’expérimente pour identifier les façons d’y arriver qui me conviendront vraiment. Et je ne lâche pas.

Rien ne sert de se compliquer la vie en recherchant de l’information très pointue.

On doit d’abord adopter les recommandations minimales. Sinon, c’est comme de vouloir apprendre à sprinter avant de savoir marcher. Complètement superflu!

En attendant de devenir des athlètes d’élite dont l’entraînement justifie des conseils spécialisés en matière de santé, je vous encourage donc à vous en tenir aux conseils et recommandations des sites gouvernementaux du Québec et du Canada, comme ceux ci-dessus.

En cette période de pandémie, « prenons notre gaz égal » pour rester en santé ou le devenir…

Passons plus de temps à expérimenter pour trouver comment adopter et maintenir les comportements bons pour notre santé, plutôt qu’à lire à n’en plus finir sur le sujet. Pour notre plus grand bien, passons à l’action!

À votre santé!